A Granville j'ai donc enfin eu la possibilité de tester Wings of War, le jeu de combat aérien pendant la 1ère Guerre Mondiale. Il faut bien dire que je possèdais la boite de base (celle avec les 4 figurines) depuis des mois mais que je n'avais pas eu le temps de la tester. J'ai donc enrôler ma femme en lui proposant une partie simple avec uniquement les règles de base. La mise en place rapide (comparée à celle de Battlelore) a fini de la convaincre.

wings_of_war_01

Le matériel de jeu est bon. Les figurines des avions sont pré-peintes et bien détaillées : c'est simple et efficace. Je regrette l'absence d'avion français dans cette boite où l'on retrouve 2 avions de l'Axe, 1 avion Anglais et 1 avion... Italien (je ne sais pas si les as italiens étaient redoutables pendant la 1ère GM mais les auteurs du jeu étant de cette nationalité on comprendra plus facilement leur choix). Tout un tas de pions en bon carton sont également fournis. J'ai juste un peu peur pour les cartes de jeu qui semblent un peu fragiles et risquent de s'abimer assez rapidement, à voir.

Le principe du jeu de base est excessivement simple. A chaque début de tour, les joueurs choisissent secrètement trois manoeuvres dans la pioche dédiée à leur appareil (chaque avion possède sa propre gamme de manoeuvres). Ces cartes de manoeuvre permettent de déplacer l'avion tout simplement en plaçant la carte devant la base de l'avion puis en déplaçant l'avion en respectant certaines marques. C'est simple mais pas très précis : il ne faut pas que la carte bouge, il faut bien vérifier que les marques se superposent, bref il ne faut pas jouer avec un adversaire tatillon sinon c'est l'engueulade assurée. Après chaque manoeuvre (donc 3 par tour), on vérifie si l'ennemi est à portée (une réglette est fournie) et dans la ligne de tir, si oui ça mitraille : en fonction de la portée (courte ou longue), l'avion touché tire une ou deux cartes de dégâts qui lui indiquent le nombre de points de vie enlevés ou les éventuels incidents liés à ces dégâts. Dès qu'un avion subit autant de dégâts que son total de points de vie, il est abattu.
Bien entendu le jeu propose tout un tas de règles supplémentaires gérant l'altitude, le décollage/atterrissage, les objectifs au sol à bombarder ou photographier ou encore des scénarios plus ou moins complexes et avec plus ou moins d'avions en jeu.

Toute la difficulté est donc de prévoir ses manoeuvres pour anticiper celles de l'adversaire. C'est pas forcément facile mais surtout ça marche super bien. Ma femme et moi avons piqué de gros fous rires dans les premiers tours tellement nos avions partaient dans tous les sens, se rapprochant pour s'éloigner aussitôt en fonction de nos mauvaises estimations. Mais rapidement on commence à prendre le truc et les choses se corsent.

wings_of_war_02

Le plus intéressant est que malgré un matériel assez minimaliste (par rapport aux jeux avec figurines classiques) le jeu permet de bien rentrer dans la peau du pilote. Arg! il est derrière moi il faut que je vire, double arg! il a viré du même côté que moi, j'arrive pas à m'en débarrasser! Kaboum! Trop tard, je suis descendu.

Un vrai bon petit jeu que ce Wings of War même si le côté un poil irritant du déplacement (vraiment pas facile d'être précis avec ce système de mouvement même s'il fonctionne finalement bien) peut en bloquer certains.

wings_of_war_03
Un appareil anglais survole Granville...