Je suis en train de lire la trilogie des Orcs de Stan Nicholls...

orcs

Le résumé m'avait mis en appétit...

Regardez-moi ! Regardez l'orc ! Je lis dans vos yeux la peur et la haine.
Vous me considérez comme un monstre, un prédateur des ténèbres, un démon dont vous parlez pour effrayer vos enfants. Une créature à traquer et à abattre comme une bête. Le moment est venu de prêter l'oreille à la bête. Et de savoir qu'elle vit aussi en vous. Vous me craignez, mais je mérite votre respect. Maras-Dantia était notre royaume, celui des nains, des elfes et des autres races aînées, longtemps avant que votre espèce ne vienne le saccager. Longtemps avant que vous ne dévoriez notre magie et ne violiez l'âme de notre monde. Ecoutez mon histoire. Regardez couler mon sang et remerciez les dieux que ce soit moi et pas vous qui doive manier l'épée. Remerciez les orcs nés pour se battre et destinés à ramener la paix !

J'avoue être très déçu.

Tout d'abord, contrairement à ce que le résumé laisse penser, l'auteur ne joue pratiquement jamais sur l'aspect "on a toujours cru les orques méchants". Certes il inverse les rôles avec le bon vieux truc du méchant humain monothéiste intégriste et intolérant face aux guerriers orcs fiers et redoutés mais pas cruels et sauvages, bien au contraire. Tout est manichéen, l'auteur ne joue jamais sur l'ambiguité de cette image des orques. C'est bien dommage. D'ailleurs, on pourrait parfaitement remplacer ces orcs par des humains un peu barbares (à la Conan par exemple), on ne verrait aucune différence que cela soit au niveau des personnalités ou des réactions des protagonistes entre eux.
Deuxième grosse déception, le récit. C'est assez banal avec une bande d'orcs lancés dans une quête mystique, guidés de loin par un mystérieux sorcier et voyageant à travers le pays pour y découvrir mille et une merveilles. Et je ne vous parle pas de tous les Deus ex Machina pour permettre à la troupe d'obtenir l'indice manquant pour continuer l'aventure (mais c'est le destin qui veut ça comme souhaiterait nous faire croire l'auteur).

Bon je suis un peu sévère car comme je l'écrivais un peu plus haut, ça se laisse lire. Mais on est loin de ce que nous promet l'alléchant résumé...