Ma note sur le départ de Jean Bey a provoqué pas mal de commentaires (par rapport à ce que j'ai d'habitude ^^) et cela m'a donné envie de vous livrer mon analyse personnelle sur la fin de Confrontation, le jeu d'escarmouche avec figurines en métal.

Je vois plusieurs facteurs au déclin de Confrontation, déclin qui a obligé Rackham a changé son fusil d'épaule en passant au jeu de masse avec figurines pré-peintes. Une décision qui a fait mon bonheur comme vous le savez déjà.

Parlons d'abord du succès de Confrontation. Je pense que ce succès est lié au contexte de sa sortie : à l'époque, Internet n'avait pas pris l'importance qu'on lui connait aujourd'hui et Confrontation était pratiquement la seule alternative à Warhammer Fantasy Battle en France, tout simplement parce que c'était un jeu relativement bien distribué en boutique. Ajoutez à cela le livret de règles dans le blister, idée géniale alors que personne ne le faisait avant (pas à cette échelle en tous cas), des règles sympathiques, des figurines très originales et bien fichues... Hop, vous avez un jeu qui se développe et fait son trou.

Alors pourquoi ce déclin? Des idées en vrac...

  • Les sorties au petit bonheur la chance. Confrontation, pour se démarquer et aussi pour des raisons de développement et de production à coup sûr, n'utilisait pas de livre d'armée (d'ailleurs une grosse partie de la communauté des joueurs était résolument contre cette idée). Il n'y avait aucune ligne directrice et à tout moment une figurine pouvait passer du statut de must have à celui de bonne pour la poubelle uniquement parce qu'une nouvelle unité était sortie. Cela posait également un problème d'équilibre général et d'uniformisation des races. Bref, après plusieurs années de vie, Confrontation était devenu illisible (aucun document ne reprenait toutes les stats et unités disponibles pour une armée) et déséquilibré. Il était très difficile pour un nouveau venu de se lancer dans l'arène sans s'investir à fond.
  • Tout pour le tournoi. Vu de l'extérieur (je n'ai joué qu'à la v1 de Confrontation avant d'y revenir pour l'Age du Rag'Narok), l'image de Confrontation se résumait aux tournois. On avait clairement l'impression que c'était uniquement cet aspect du "Hobby" qui était privilégié aussi bien par Rackham que par les joueurs. Il y avait bien des scénarios mais ils étaient uniquement utilisés pour permettre des tournois équilibrés. Cette image de jeu à compétition uniquement a découragé nombre de joueurs occasionnels ou non compétiteurs.
  • Un problème de peinture. Avec Confrontation, c'était tout ou rien. On avait d'un côté ceux qui peignaient les superbes figurines comme des pros et de l'autre ceux qui préféraient jouer (la grande majorité) et pouvaient parfaitement déployer des "armées" non 100% peintes et ce même pour des événements importants (personne n'a oublié la gueulante de Croc concernant un championnat de France de Confrontation où la peinture n'était pas obligatoire Oo). De fait, toujours de l'extérieur, Confrontation était tout d'abord un jeu et pour certains Rackham était une boite faisant de belles figurines à peindre. On était à des années lumière du "Hobby" mélangeant les deux aspects.
  • Des règles indigestes. Jusqu'à AT-43, Rackham n'a jamais su écrire des règles bien ficelées. Les idées originales étaient là (les dés d'attaque ou de défense par exemple) mais la finission ne suivait pas. La sortie d'une v3 dont la moitié du bouquin était une correction des dizaines de cartes invalidées par les nouvelles règles en est un bon exemple. Rag'Narok, avec des mécanismes super lourds et accusant 10 ans de retard, est un autre exemple.
  • La concurrence. Après des années de gloire, Confrontation s'est retrouvée face à de sérieux concurrents. A la fin, Rackham ne pouvait plus se vanter de faire les plus belles figurines du marché, d'autres faisaient aussi bien et pouvaient se faire connaître facilement via Internet. De même les éditeurs de jeux d'escarmouche se sont multipliés et ont forcément grignoté les parts de marché de Rackham.

Je pense avoir développé un certain nombre de points qui ont été les facteurs principaux du déclin de Confrontation, le jeu d'escarmouche. D'autres problèmes (comme la com') ont pu contribuer mais ne sont pas décisifs je pense.
Comme je le disais, ce déclin est aussi bien dû à Rackham (règles indigestes,  sorties au petit bonheur la chance, tout pour le tournoi) qu'à la communauté des joueurs (problème de peinture, mise en avant des tournois, etc.). Car les joueurs ont eu une influence très importante sur la politique Rackham via la Conf'fédération du Dragon Rouge (encore une erreur de Rackham qui a voulu s'appuyer essentiellement sur cette fédération pour organiser la communauté). Qu'une communauté puisse organiser un Championnat de France sans rendre la peinture obligatoire m'a toujours rendu fou... La résistance d'une partie des joueurs à la peinture ou, par exemple, à l'arrivée de livres d'armée a pesé au moins aussi lourd que l'incapacité de Rackham à écrire des règles simples et claires.

 

Fort heureusement pour nous, Rackham a sû réagir comme il fallait au déclin de Confrontation. Tout est à refaire en fait pour le Dragon Rouge mais je crois que la nouvelle politique mise en place est un excellent choix.

Quant à la responsabilité de Jean Bey dans cette histoire. Disons qu'en tant que patron de la boite, il en incarne la politique. Cependant je doute que toutes les décisions prises par Rackham et validées par lui aient été prises sans consultation de ses collaborateurs. Et dans tous les cas, je trouve qu'on retient plus souvent les erreurs que les succès (c'est dans la nature humaine). On l'accuse d'avoir sabordé le jeu mais on donne la paternité du succès aux concepteurs des règles et aux sculpteurs. Et on oublie bien entendu la grande responsabilité de la communauté des joueurs. On l'accuse d'avoir trahi la communauté en passant au pré-peint mais on occulte que sans cette décision Rackham aurait rejoint Yliad Games (Le Retour des Dieux) et bien d'autres boites du même genre. Aujourd'hui encore certains pensent que le déclin de Confrontation (version escarmouche) est une vue de l'esprit... Oo

D'une manière générale je trouve que beaucoup de joueurs manquent de recul et ne se montrent pas raisonnables vis à vis des entreprises du marché. On veut que ces entreprises soient proches des joueurs (présence de concepteurs sympathiques sur les forums pour répondre à la moindre interrogation, présence d'un stand dans toutes les conventions, etc.), fournissent des produits de qualité dans les temps et à petit prix (tout en n'allant pas produire en Chine). Et dès le moindre faux pas, on tire à vue! Sur le forum Confrontation, certains réclament des Army Books (équilibrés bien entendu) pour toutes les armées dès cette année sans forcément se rendre compte du travail énorme que cela peut représenter (et tout en pointant du doigt les problèmes des AB existants). Il ne faut pourtant pas être devin pour comprendre pourquoi la ré-édition en prépaint de l'ensemble de la gamme Confrontation va s'étaler sur plusieurs années. Mais non, c'est soit incompréhensible soit, pire encore, inadmissible (on ne respecte pas les joueurs!).

Prenons du recul, c'est urgent.

Bon je suis allé plus loin que je ne le voulais et tout cela n'est pas forcément très ordonné mais cela représente une part de ma pensée. :)