Vendredi j'avais le plaisir de recevoir à nouveau mon neveu lyonnais à la maison. Passionné en ce moment par Mémoire 44, il a été heureux de voir qu'il existait une version médiévale fantastique de son jeu et il m'a donc demandé une initiation à Battlelore.

battlelore_01

J'ai donc dépoussiéré ma boite de jeu et relu les règles pendant la semaine avant d'accueillir mon adversaire. L'avantage est qu'il connaissait déjà 80% des règles et qu'il a très rapidement compris les différences avec Mémoire 44.

Nous avons débuté avec la bataille d'Azincourt. Le neveu a choisi d'incarner le vile Henri V d'Angleterre tandis que je prenais le commandement des troupes Françaises en tant que Connétable Charles d'Albret.

L'affrontement fut serré. Malgré l'acharnement des anglais contre la cavalerie française (moins résistante avec ses trois socles contre quatre pour l'infanterie), les guerriers hexagonaux prirent l'avantage : la cavalerie légère françaises infligeant en particulier de nombreux dégats à l'ennemi. Malheureusement le manque de cartes de commandement sur le flanc gauche (sur les photos vous en voyez 6 mais c'était une erreur que nous avons rectifié je n'en avais que 4 conformément au scénario) se fit cruellement sentir pour les français dont les effectifs finirent par fondre comme neige au soleil.

Victoire anglaise.

battlelore_02
Azincourt, 25 octobre 1415

battlelore_03
C'est sur le flanc gauche, près de Tramecourt, que se joue le destin de la bataille !

L'avantage avec Battlelore est que le jeu est rapide (bon pas l'installation en elle-même mais bon). Nous avons donc pu jouer une deuxième bataille. J'ai choisi la bataille de Burgos, en Castille, car elle permettait à mon neveu de déployer des Gobelins et donc de toucher du doigt le côté Fantasy du jeu.

La bataille s'est révélée très intéressante. Les deux camps ont concentré leurs efforts au centre de la ligne de bataille, n'hésitant pas à faire intervenir leurs flancs pour tenter de renverser le cours des choses. Les Français portèrent le combat dans le camp Anglais : l'infanterie progressa en formation serrée afin de lui permettre de rendre coup pour coup tandis que la cavalerie légère harcelait les unités ennemies. Les anglais tentèrent d'audacieuses percées grâce à la rapidité des Gobelins mais ils furent trahis par leur légendaire lâcheté (les unités Gobelines souffrirent en effet plus de la panique que des épées françaises).

Victoire française.

battlelore_04
Bataille de Burgos, Castille, été 1366

Ce fut un vrai plaisir de rejouer à Battlelore. Le jeu est simple et assez aléatoire (le manque de cartes de commandement adaptées peut être très frustrant) mais il est très fun et nécessite un minimum de réflexion.

J'ai été particulièrement heureux de voir que mon neveu devient un adversaire de plus en plus redoutable, je n'ai absolument pas besoin de retenir mes coups contre lui et il se débrouille parfaitement bien (bon je ne suis pas un adversaire de très haut niveau non plus ^o^).

A noter que pour finir l'après-midi nous avons fait quelques parties de Dungeon Roll. J'avais peur que le jeu soit trop abstrait pour le neveu mais il a bien apprécié. Une bonne manière de passer une petite demi-heure sans se prendre la tête.