gw_01

Il y a quelques jours, le site Unplugged Games a publié la suite d'un article dédié à Games Workshop. Il ne s'agit pas ici d'un brûlot anti-GW comme on peut en trouver très souvent sur le web mais bien d'un dossier passionnant sur la façon dont l'entreprise a été créée et comment elle s'est développée.

C'est en anglais mais c'est vraiment très intéressant. D'autant plus que ce deuxième article s'appuie sur des échanges avec Rick Priestley (LE Rick Priestley a qui l'on doit Warmaster ^^) qui éclairent vraiment sur la façon dont l'entreprise a fonctionné pendant son passage. Même s'il faut bien entendu prendre certaines informations avec des pincettes (essentiellement certains jugements sur le bien fondé de la politique actuelle de l'entreprise) puisque Rick Priesltey bosse maintenant pour la concurrence.

gw_02Il y a certains points dans cet article que je trouve très importants. Par exemple Pristley précise qu'à l'origine Warhammer a bien été créé avec pour objectif principal vendre plus de figurines (le public du jeu de rôle n'étant pas un débouché assez important) ou encore qu'à la création de l'univers de Warhammer 40k l'équipe avait pillé plein d'idées un peu partout (c'est bien le terme "pillage" qui est utilisé). Dans le même ordre d'idée, il précise que cet univers de W40k était à prendre au second degré à ses débuts (cela transpire vraiment dans les illustrations d'ailleurs).

A propos des jeux Specialist Games (malheureusement l'auteur ne cite que les jeux 28mm), Rick Priestley détaille également des choses vraiment intéressantes. A l'origine ces jeux ont été créés pour diversifier les marchés en explorant des points précis des univers développés pour WFB et W40k mais l'incapacité à gérer une telle gamme (et en plusieurs langues) avait pratiquement mis l'entreprise sur la paille. Plutôt que d'essayer d'améliorer sa gestion, GW a préféré mettre fin à l'expérience... Cette mésaventure me fait furieusement penser à Spartan Games pour ma part.

Je vous conseille vraiment de lire cet article, il en vaut le coup.