Ma santé se remet à peine, j'ai passé ces derniers jours à tenter de cracher mes poumons sans pouvoir me concentrer sur grand chose. C'est particulièrement frustrant pour moi alors que j'ai toujours plein de projets et d'idées à creuser...

Avec cette petite capacité de concentration, j'ai passé mon temps à regarder des films plutôt sans intérêt. Voici une petite revue express des troupes :

films_balade_01

On commence par Le Labyrinthe, un film de Wes Ball avec Dylan O'Brien, Aml Ameen et Will Poulter.

Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D. En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper.

Dans la lignée d'un Twilight, un film pour ado typique. Le casting est sans intérêt, le récit est super classique et assez prévisible. Bref pas de quoi en faire un fromage. Comme d'habitude avec ce genre de film, c'est surtout la critique de l'Odieux Connard qui vaut le coup, elle est ici.

films_balade_02Continuons avec Divergente, un film de Neil Burger avec Shailene Woodley, Theo James et Kate Winslet.

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.

On reste dans le film pour ado à la Twilight. L'actrice principale est particulièrement sans intérêt, je me demande comment elle a pu réussir le casting. Le film en lui-même n'est pas forcément super original, il est bourré d'incohérences et il super prévisible mais cela se laisse regarder. Mais peut-être faut-il être malade pour réussir à tenir le coup. ;)
Là encore le meilleur est la critique de l'Odieux Connard ici.

films_balade_03Vous croyez que j'ai atteint le fond ? Non, j'ai continué à creuser avec Pixels, un film de Chris Columbus avec Adam Sandler, Michelle Monaghan, Kevin James.

À l’époque de leur jeunesse, dans les années 80, Sam Brenner, Will Cooper, Ludlow Lamonsoff et Eddie « Fire Blaster » Plant ont sauvé le monde des milliers de fois… en jouant à des jeux d’arcade à 25 cents la partie. Mais aujourd’hui, ils vont devoir le faire pour de vrai… Lorsque des aliens découvrent des vidéos d’anciens jeux et les prennent pour une déclaration de guerre, ils lancent l’assaut contre la Terre. Ces mêmes jeux d’arcade leur servent de modèles pour leurs attaques. Cooper, qui est désormais Président des États-Unis, fait alors appel à ses vieux potes pour empêcher la destruction de la planète par PAC-MAN, Donkey Kong, Galaga, Centipede et les Space Invaders… Les gamers pourront compter sur l’aide du lieutenant-colonel Violet Van Patten, une spécialiste qui va leur fournir des armes uniques...

films_balade_04Bon là j'ai aucune excuses. Le film se veut être un Ghostbusters à la sauce jeu vidéo mais l'humour n'est pas vraiment au rendez-vous. Enfin bref, j'ai honte... :$
En plus l'Odieux Connard n'a même pas daigné en faire une critique, c'est pour dire...

On finit avec un autre film à oublier : Chappie de Neill Blomkamp avec Sharlto Copley, Dev Patel, Hugh Jackman.

Dans un futur proche, la population, opprimée par une police entièrement robotisée, commence à se rebeller. Chappie, l’un de ces droïdes policiers, est kidnappé. Reprogrammé, il devient le premier robot capable de penser et ressentir par lui-même. Mais des forces puissantes, destructrices, considèrent Chappie comme un danger pour l’humanité et l’ordre établi. Elles vont tout faire pour maintenir le statu quo et s’assurer qu’il soit le premier, et le dernier, de son espèce.

Entre un Hugh Jackman body buildé ultra-ridicule en short et t-shirt moulant et un robot au style racaille des banlieues, le film se révèle plutôt naïf et sa morale est légèrement discutable. Là encore l'Odieux Connard n'a pas fait de critique, preuve s'il en est du ratage complet de la chose.

Tout cela pour dire que je hais quand je suis malade, cet état me laisse dans une grosse frustration car rien de ce qui est vraiment important n'avance, je ne fais que perdre mon temps en espérant aller mieux... :'(