kosigan_01Le futur projet de financement KS du jeu Time of Legends : Joan of Arc m'a fait découvrir les romans écrits par Fabien Cerutti sur le Bâtard de Kosigan. Je cherchais en effet à savoir si la littérature fantastique s'était penchée sur le cas de la Guerre de Cent Ans...

Le chevalier assassin, Pierre Cordwain de Kosigan, dirige une compagnie de mercenaires d'élite triés sur le volet. Surnommé le « Bâtard », exilé d'une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses pouvoirs et son art de la manipulation au service des plus grandes maisons d'Europe. En ce mois de novembre 1339, sa présence en Champagne, dernier fief des princesses elfiques d'Aëlenwil, en inquiète plus d'un. De tournois officiels en actions diplomatiques, de la boue des bas fonds jusqu'au lit des princesses, chacun de ses actes semble servir un but précis. À l'évidence, un plan de grande envergure se dissimule derrière ces manigances. Mais bien malin qui pourra déterminer lequel. Dans la lignée des meilleurs romans de fantasy historique comme Le Lion de Macédoine de David Gemmell, Le Bâtard de Kosigan mélange avec brio la fantasy anglo-saxonne et l'histoire de France. Fabien Cerutti nous conte, dans ce roman qui se lit avec beaucoup de plaisir, une aventure pleine d'humour, de panache et de surprises.

Le premier tome de ce cycle est plutôt sympathique même s'il m'a finalement un peu laissé sur ma faim. Je salue le travail de recherche de l'auteur et toute l'imagination dont il a eu besoin pour ajouter une grosse dose de Fantasy à l'histoire officielle. Le récit est également intéressant car il est double : on suit d'une part les aventures de Pierre de Kossigan en 1339 mais également celles de sa lointaine descendance à la fin du 19ème siècle. A travers les événements de Champagne, l'auteur esquisse un univers où les anciens peuples et les anciens rites cotoient l'Histoire telle que nous la connaissons. Cela s'éloigne un peu du concept du futur jeu Joan of Arc car il s'agit plus d'ajouter de nombreux éléments de fantasy que de donner vie à nos légendes mais c'est plutôt intéressant.

J'ai été cependant un peu déçu par le scénario en lui-même. En effet alors qu'on nous met sous le nez tout un tas de légendes et de guerres entre l'ancien monde (fait de sorcellerie et de peuples non humains) et le nouveau (celui des hommes et du Christianisme), on doit seulement se contenter de classiques intrigues autour de la succession de la Champagne. Toute l'action se déroule également au même endroit, à Troyes, alors qu'on n'a qu'une envie : partir à la découverte de toutes les merveilles qui existent encore à cette époque mais qui vont bientôt disparaître et être oubliées.

C'est sur ce dernier point que je situe la plus grande incohérence du bouquin. A la fin du 19ème siècle, les anciens peuples ont été complètement oubliés et effacés des mémoires. On se demande bien par quelle miracle et on a du mal à s'émouvoir face à l'étonnement du descendant de Kossigan à la lecture de ses chroniques...

Ceci étant dit, il ne s'agit que du Tome 1. Le Tome 2 va se révéler bien plus passionnant... Mais cela fera l'objet d'une prochaine note. ;)

note_ludix_3

Tout comme les Lames du Cardinal dont je vous parlais il y a quelques temps, Le Bâtard de Kosigan est une bonne source d'inspiration pour nos tables de jeu. Le livre ne décrit que des escarmouches entre la compagnie de Kosigan et les différents protagonistes du complot qui se joue à Troyes mais il évoque (trop légèrement malheureusement) de nombreuses guerres et batailles impliquant les peuples anciens. Si l'auteur a l'occasion (et l'envie) de développer son univers, cela donnerait pas mal de choses intéressantes à adapter à des jeux tels que le Seigneur des Anneaux (pour sa bonne gestion des héros), Age of Sigmar (pour les affrontements un peu plus importants) ou Warmaster (pour les grandes batailles rangées). Du point de vue des figurines, on n'aura aucun problème à piocher dans les gammes historiques et dans celles tout aussi riches de fantasy.

Bref il y a un gros potentiel ici et je vais surveiller cela de très près.