colony_01

Voici un nouveau tir groupé pour des séries vu rapidement car ne disposant que de mini premières saisons (une dizaine d'épisodes pour Colony et une demi-douzaine pour Into the Badlands).

Commençons par Colony de Ryan Condal et Carlton Cuse avec Josh Holloway, Sarah Wayne Callies, Peter Jacobson.

Dans un futur proche, les extraterrestes ont colonisé la Terre. Et pourtant, la plupart des humains ne savent pas à quoi ces aliens ressemblent, les personnes chargées de faire régner l'ordre étant des collaborateurs. A Los Angeles, les Bowman vivent comme beaucoup d'autres sous une menace constante. Lorsque le passé de Will, le père de la tribu, remonte à la surface, le gouverneur du secteur offre à cet ancien du FBI de mettre ses compétences à profit pour étouffer la progression de la résistance. Alléchés par la possibilité de retrouver leur fils cadet disparu depuis le jour de l'occupation, Will et son épouse Katie vont devoir prendre la plus difficile décision de leur existence. Choisiront-ils de collaborer... ou de résister ?

colony_02

Nous sommes en terrain connu avec une mystérieuse race ET qui occupe la planète et l'opposition entre collaborateurs et résistants. On y retrouve les questions habituelles : faut-il résister coûte que coûte au risque de sacrifier des innocents ? Faut-il collaborer en espérant changer les choses de l'intérieur ? C'est propre, c'est efficace, le casting est bon (on retrouve d'ailleurs pas mal de têtes connues) et le scénario tient bien la route malgré quelques incohérences (les Bowman ont tendance à éviter les soupçons un peu trop facilement malgré un comportement plus que suspect).

Quel est le problème alors ?

Ben c'est pas original pour deux sous. Toutes ces questions ont été vues et revues au cours de nombreuses autres séries et ce n'est pas la thème vaguement SF qui permet de redynamiser tout cela. Cela se laisse regarder mais on l'oublie tout aussi vite. De la série popcorn donc.

Je donne un généreux 3 ludices sur 5 car j'aime bien Josh Holloway découvert dans Lost mais il va falloir que la Saison 2 soit redoutablement efficace pour que je continue à regarder...

note_ludix_3

colony_03

On continue avec une série au thème bien plus original, Into the Badlands de Alfred Gough et Miles Millar avec Daniel Wu, Emily Beecham ou encore Marton Csokas.

badlands_02

Sur un territoire contrôlé par sept barons rivaux, Quinn, l'un des plus puissants d'entre eux, doit faire face à la montée en puissance d'une redoutable adversaire, la Veuve, qui fait preuve d'un appétit féroce pour l'affrontement. Dans ces périlleuses contrées, Sunny, un redoutable guerrier, s'embarque dans une dangereuse odyssée en compagnie d'un jeune garçon, doté de mystérieux pouvoirs, pour accéder au-delà des badlands et trouver la liberté.

Bon ce n'est peut-être pas vraiment original mais au moins cela sort des sentiers battus. On est ici dans un univers post-apocalyptique qui échappe à l'éternelle ambiance Mad Max pour plutôt nous plonger dans mélange de Kill Bill (arts martiaux, sabres et sang qui gicle) et d'Autant en Emporte le Vent (grandes bâtisses américaines du Sud des Etats-Unis, champs de coton/pavot exploités par des esclaves, etc).

badlands_01L'univers a un gros potentiel mais je trouve que c'est traité d'une manière un poil trop caricatural, n'est pas Tarantino qui veut. Il faut bien avouer que l'action est aussi surréaliste que dans un Kill Bill mais qu'il manque le second degré de ce dernier pour faire passer la pilule. Au final on hésite parfois entre rester la bouche béante et se tordre de rire... ^^

Ajoutons à cela que le scénario et ses rebondissements sont un peu trop classiques et que l'on sent bien que cela risque de rapidement partir en un énorme n'importe quoi indigeste.

C'est pourquoi je suis assez sévère avec un 2 lucides sur 5 : je reste sur ma faim (normal avec une première saison de seulement 6 épisodes) et j'attends beaucoup de la saison 2.

On attendra également cette deuxième saison pour valider son envie de se lancer dans une adaptation ludique. Le potentiel est là avec un univers qui se prête parfaitement aux reconstitutions sur nos tables de jeu que cela soit en jeu de plateau (lutte d'influence entre les barons) ou en jeu avec figurines (affrontements directs entre les troupes des barons qui donneront plus lieu à des escarmouches à la Seigneur des Anneaux qu'à de grandes batailles rangées).

note_ludix_2

badlands_03

badlands_04