stf_01

Extrait du journal du Capitaine Jean-Luc Picard, date stellaire 41254.7.

... en arrivant dans la région. J'avais décidé de procéder avec prudence. L'Enterprise n'est pas un vaisseau de guerre et je ne suis pas un guerrier. Je comptais découvrir le fin mot de l'histoire en prenant contact avec les installations et les mondes du secteur.

Après avoir fait étape sur une station de maintenance, j'ordonnais de mettre le cap sur la station spatiale Beta-12 sur laquelle j'espérais retrouver Numéro 1 qui était en mission dans la région au moment des faits. J'étais heureux de découvrir mon second en pleine forme. Malheureusement il n'avait aucune information concrète à me fournir sur la rupture des communications. Tout ce qu'il savait était que la région avait été plongée en plein chaos il y a peu de temps et que les Romuliens et le Dominion étaient sur les dents.

Jour après jour, l'Enterprise pénétrait un peu plus dans le secteur. Le vaisseau arriva dans une zone verrouillée par une station spatiale romulienne. Je ne souhaitais pas entrer directement en conflit et je décidais de contourner l'obstacle.

Bien mal m'en prit puisque la manoeuvre amena l'Enterprise en plein sur la trajectoire d'un vaisseau scientifique romulien certainement dépêché par l'Empire pour enquêter sur les troubles. Toute négociation était impossible car le capitaine romulien se lança immédiatement à l'attaque et je fus obligé de détruire son vaisseau. Au temps pour mon désir d'explorer pacifiquement la région...

premiere_reconnaissance_01

L'Enterprise continua son chemin, passant à proximité d'une station spatiale du Dominion qui ne détecta pas notre présence. Nous arrivâmes enfin à proximité de Biluz, une planète de classe M, et j'envoyais Numéro 1 négocier avec les autorités locales. Riker revint de la planète avec des informations technologiques de premier ordre mais sans aucun indice sur la source troublant ainsi la région. Il n'avait pu que noter la peur sur le visage de ses interlocuteurs. Quelque chose de terrible se passait dans le secteur et je décidais de redoubler de prudence.

stf_03

Hélas ! Notre voyage nous mit à nouveau sur le chemin d'un bâtiment scientifique romulien. Mes tentatives pour éviter le combat furent vaines et après avoir essuyé une attaque ennemie, heureusement dissipée par nos écrans, je fus une nouvelle fois obligé d'ordonner la destruction des romuliens.

premiere_reconnaissance_02

Nous atteignîmes alors les limites de la région où les planètes étaient toutes hostiles. Je ne comptais pas y risquer la vie de mon équipage et je poussais l'Enterprise toujours plus avant.

C'est là que nous découvrîmes la vérité. Nos senseurs le repérèrent en orbite autour d'une planète de classe M inconnue, un cube Borg ! L'attention des Borgs devait être attirée par leur sinistre besogne sur la planète et l'Enterprise ne fut pas immédiatement détectée. Après en avoir âprement débuté avec Numéro 1, je décidais de quitter immédiatement la région pour prévenir Starfleet de la menace.

stf_02

Mais je demande aujourd'hui l'autorisation de retourner dans la région, nous devons en aider les habitants avant qu'ils ne soient tous assimilés par les Borgs...

Fin de l'extrait.


star_trek_03Vous avez compris que vous veniez de lire le compte-rendu romancé (comme il se doit ^^) de ma première partie test de Star Trek Frontiers jouée samedi après-midi ! Il s'agissait du scénario "didactitiel", cela explique pourquoi il n'y a pas eu d'affrontement avec le cube Borg à la fin.

Ceux qui connaissent le jeu auront certainement noté les (plus ou moins) petites erreurs que j'ai pu commettre (par exemple recruter Riker sur une station spatiale lambda). Je plaide la bonne foi du débutant face à au nombre élevé de règles à assimiler et à ne pas oublier en cours de route.

J'avoue que pour cette première partie de Frontiers, je l'ai joué petit bras. J'ai essentiellement exploré le secteur sans chercher à être agressif. Le fait de jouer l'Enterprise-D ne m'a pas pas non plus aidé à me lancer dans des combats épiques, Picard est en effet plus connu pour son sens de la diplomatie que pour son agressivité. Avec l'un des capitaines Klingons ou Sisko, les choses auraient pu être différentes... ^^

Au final j'ai beaucoup exploré, négocié à bord de stations spatiales ou sur des planètes de classe M et combattu uniquement lorsque cela était nécessaire, c'est à dire lorsque ma trajectoire était bloquée par un vaisseau ennemi. Coup de chance pour moi, je suis tombé uniquement sur des vaisseaux scientifiques romuliens qui n'ont pas présenté une grosse difficulté.

Même si je n'ai pas envoyé d'équipe au sol ou combattu des stations spatiales ou des vaisseaux disposant de technologies un peu exotiques, j'ai pu entrevoir toute la richesse du jeu. Il y a vraiment plein de choses à faire et à découvrir et pour peu d'avoir de l'imagination cela permet de se raconter plein d'histoires.

Le jeu en solitaire est déjà plutôt intéressant mais je me dis qu'à plusieurs joueurs, cela doit vraiment devenir passionnant ! Faut juste que je me trouve un volontaire pour tester cela... ^^

stf_04

Quelques bémols quand même...
Si le matériel m'a agréablement surpris (pions et cartes sont très bien illustrés, cela change de Star Trek : Attack Wing), les tuiles de jeu sont vraiment tristounettes. Elles sont fonctionnelles, pas de problème, mais elles auraient pu être tellement plus belles... Dommage.
Le temps de préparation. Ma "session" en solitaire a duré un peu plus de 2 heures dont une bonne heure de préparation. Certes je découvrais tout donc cela a été beaucoup plus long mais cela demande quand même de déballer une tonne de matériel et surtout de bien l'organiser pour avoir accès à tout facilement. Ici j'ai clairement surestimé la place que pourrait prendre les tuiles de jeu et je ne me suis pas laissé assez de place pour étaler les pions et autres cartes nécessaires au jeu, cela ne m'a pas facilité la vie.

Je vous prépare une petite revue générale de type "Mes premières impressions" pour le blog et ensuite une revue plus détaillées pour les Chroniques Ludiques après avoir fait une ou deux parties supplémentaires.