sw_episode_8_01Vu au cinéma, Star Wars Episode VIII - Les Derniers Jedi de Rian Johnson avec Daisy Ridley, John Boyega ou encore Oscar Isaac.

Les héros du Réveil de la force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé…

Cette critique ne contient pas de gros spoilers mais vous la lisez à vos risques et périls... ^o^

Après un Episode VII plutôt sympathique malgré quelques faiblesses, je suis allé voir Les Derniers Jedi avec mon lot habituel d'espoirs et d'inquiétudes.

Des espoirs d'abord car les différentes bande-annonces promettaient des choses intéressantes (va-t-on voir Rey, ou pire Luke, basculer du Côté Obscur ?) et des quadripodes. :)
Des inquiétudes également car ces mêmes bande-annonces pouvaient laisser craindre que, comme pour l'épisode précédent, ces Derniers Jedi pompent un peu trop allègrement dans les bonnes idées de la trilogie originale...

Ben j'ai pas été déçu...

sw_episode_8_02Evacuons déjà la question des effets spéciaux et de la façon dont l'action est menée, sans surprise c'est sublime et on prend toujours autant de plaisir à voir les combats au sabre laser et autres acrobaties aériennes et spatiales.

Attaquons nous plutôt au fond.

Dès le début on est frappé par le changement de ton par rapport à la trilogie originale. L'humour est beaucoup plus présent et la première scène est à mourir de rire. C'est raffraichissant et super efficace MAIS c'est aussi l'illustration de la plus grosse faiblesse de cette nouvelle série de films. En couvrant de ridicule l'un des principaux leaders du Premier Ordre, Poe Dameron démontre que ce dernier n'est qu'une pâle copie de l'Empire Galactique, une copie qu'on a bien du mal à craindre et à prendre au sérieux.
La suite du film ne fera que confirmer cette impression avec en particulier la démonstration flagrante de l'inefficacité des forces du Premier Ordre : le principal élément du film, la fuite des vaisseaux de la Résistance devant la flotte ennemie, est particulièrement difficile à avaler tellement on imagine de façons différentes d'y mettre fin rapidement.

On notera au passage que la pauvre Phasma continue à être assez inexistante et qu'elle n'arrivera jamais à égaler son modèle, Boba Fett dans le genre guerrier mystérieux en armure (encore une pâle copie).

sw_episode_8_03Si on ajoute à cela tout un tas d'ingrédients chipés dans l'ancienne trilogie comme l'attaque d'une base par des quadripodes, la traîtrise du roublard, l'entraînement d'une future jedi par un vieux maître retiré sur une planète oubliée, une histoire d'amour naissante ou encore une fin dramatique mais apportant sa lueur d'espoir, on se dit que véritablement cette nouvelle série de films n'invente pas grand chose.

Et pourtant il y a des éléments originaux et intéressants dans cet Episode VIII avec en particulier la relation très ambiguë qui se noue entre Rey et Kylo Ren et quelques retournements de situation pas trop mal amenés. L'épisode introduit également un certain nombre de nouveaux personnages, plus ou moins éphémères, dont certains ne demandent qu'à être développés.

Et puis la magie de Star Wars opère toujours, il faut bien l'avouer. On aime voir les sabre laser prendre vie ou entendre rugir les chasseurs TIE lancés à la poursuite des X-Wings.

sw_episode_8_06Bref on passe un bon moment même si au final rien ne semble pouvoir surpasser la force épique de la première trilogie. Cela me conforte dans l'idée que la Guerre Civile reste le cadre ludique le plus intéressant et que mes efforts doivent se concentrer dessus.

La tentation serait cependant grande de se diversifier car ce nouvel épisode a levé le voile sur tout un tas de matériel dont FFG va pouvoir s'emparer pour ses jeux de combats spatiaux : on a déjà découvert à X-Wing Miniatures les bombardiers de la Résistance et le chasseur TIE personnel de Kylo Ren mais on peut aussi voir évoluer des A-Wings et un ou deux petits vaisseaux utilisables à cette échelle. Mais c'est surtout Star Wars : Armada qui pourra être gâté avec tout un tas de vaisseaux de ligne : les destroyers du Premier Ordre sont très sympathiques et ils sont accompagnés d'une série d'autres gros vaisseaux comme le cuirassé et le vaisseau personnel du Suprême Leader (on notera qu'on aime bien les gros canons dans cette trilogie, pas très subtile), idem du côté de la Résistance avec un héritier des croiseurs Mon Calamari, une frégate Nebulon-B et une corvette Corellienne nouvelle génération. Cependant je n'investirai pas. Le film ne montre en effet pas véritablement de combat à grande échelle et au final, comme je l'expliquais, ce Premier Ordre et cette Résistance ne m'inspirent pas autant que l'Empire Galactique et l'Alliance Rebelle.

note_ludix_3

sw_episode_8_04

sw_episode_8_05