7sisters_01Vu en DVD, Seven Sisters de Tommy Wirkola avec Noomi Rapace, Glenn Close, Willem Dafoe.

2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…

Seven Sisters joue dans la catégorie des petits films de SF, ou plutôt d'anticipation, sans énorme budget à la Time Out ou encore Bienvenue à Gattaca. Vous savez, ces films où l'on tune quelques bagnoles pour leur donner un air futuriste et où l'on ajoute ici ou là quelques écrans pour faire croire que l'action se passe dans quelques décennies. Ca coûte pas cher et ça peut parfaitement bien fonctionner quand c'est bien fait.

Pour Seven Sisters, on ne peut pas dire que cela soit mal fait mais je ne sais pas pourquoi ce n'est pas vraiment convainquant. Ce n'est cependant pas très grave car le plus important est le récit.

7sisters_03Cela commence d'ailleurs pas trop mal avec une idée de base plutôt intéressante : dans un monde où les naissances sont encadrées, des septuplées survivent en se faisant passer pour une seule et même personne. Ok, quand on y réfléchit deux secondes, c'est pas crédible du tout mais Noomi Rapace s'en sort plutôt pas mal et les effets spéciaux sont très réussis (c'est à dire qu'on ne les voit pas et que les scènes où l'actrice se donnent la réplique sont tout à fait convainquantes). Bien entendu toute l'organisation bien huilée de cette famille peu ordinaire va se dérégler et provoquer un gros big bang sociétale.

Si l'on oublie quelques invraissemblances (comme le fait que les sept gentilles soeurs partageant une vie plan plan d'employée de banque se transforment en rambo du jour au lendemain), le principal soucis du film est que le récit, ou plus précisément son final, est difficile à comprendre. Je croyais que cela venait d'une adaptation ratée d'un bouquin mais il s'avère que c'est un film totalement original. Cela peut donc peut-être venir d'un montage fait à la hache et virant tout un tas de scènes permettant d'expliquer le dénouement du film. Il manque en effet des éléments au spectateur pour comprendre pourquoi le "méchant" du film a agi de cette manière.

L'autre problème vient du fait que le contrôle des naissances est un sujet qui a été traité des milliers de fois. On a vraiment l'impression de toujours voir le même film. Sans compter que l'un des rebondissements finaux est totalement prévisible.

C'est pourquoi je ne peux pas attribuer plus de deux Ludices à Seven Sisters. C'est dommage car sans cette fin ratée, il aurait été une très honnête série B.

note_ludix_2

 

7sisters_04

7sisters_02