NighthauntHeroes-June25-GrimhailerMinituare-10vxDécidément je suis heureux de ne pas avoir un compte en banque trop fourni sinon j'aurais certainement craqué pour la nouvelle faction d'Age of Sigmar, les Nighthaunts dont le battletome sort bientôt.

Cette armée de spectres au service de Nagash est pratiquement un sans faute pour moi (il n'y a guère que les fantômes à tête de cheval qui ne me reviennent pas) et ce n'est pas Reikenor the Grimhailer qui va me faire changer d'avis.

Reikenor was once a sorcerer-king with a mastery of light magic who worked to defeat mortality itself, gathering many acolytes and followers to his cause. Reikenor had nearly unparalleled knowledge of the energies of Shyish, but apparently not enough to know that what he was doing was likely to attract the attention of Nagash. Now, he works as an executioner, hunting those who would deny the Grand Necromancer his due…

A l'image de Lady Olynder qui m'avait déjà fichu une belle claque, j'adore la figurine de ce nouveau champion des morts-vivants.

NighthauntHeroes-June25-GrimhalerP24-3vpb-1Qu'est-ce qui m'empêche vraiment de craquer ? En dehors du prix qui sera Gamesworkshopien, je me sais absolument incapable de peindre une telle pièce. Et puis j'imagine que transporter un truc pareil doit être un casse-tête incroyable, c'est véritablement une pièce de collection et pratiquement plus de la figurine de jeu...

Il est d'autant plus important de me montrer fort que j'ai plein d'idées en tête pour toutes ces figurines de Nighthaunts. De quoi faire des escarmouches et grosses escarmouches dans l'univers d'Age of Sigmar bien entendu mais aussi une sous-faction des Morts-Vivants de Waiqar à Battlelore... Nan, faut que j'arrête de penser.

Je ne connaîtrai pas l'achat compulsif, car l'achat compulsif tue l'esprit. L'achat compulsif est la petite mort qui conduit à l'oblitération ludique. J'affronterai l'achat compulsif. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu'il sera passé, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où il sera passé, il n'y aura plus rien. Rien que moi.