boys_01

Saison 1 de The Boys d'Eric Kripke avec Karl Urban, Jack Quaid ou encore Antony Starr.

Dans un monde fictif où les super-héros se sont laissés corrompre par la célébrité et la gloire et ont peu à peu révélé la part sombre de leur personnalité, une équipe de justiciers qui se fait appeler "The Boys" décide de passer à l'action et d'abattre ces super-héros autrefois appréciés de tous.

Comme cela arrive de temps en temps, le pitch de la série est plutôt à côté de la plaque mais cela n'enlève rien aux qualité de cette première saison de The Boys... Une première saison que j'ai failli ne jamais voir car je suis allergique à tout ce qui est gore et humour sous la ceinture. Finalement, étant donné les bonnes critiques, j'ai quand même fait l'effort de voir un épisode et puis deux et puis la saison complète.

Je ne suis pas déçu d'avoir subi moult explosions d'hémoglobine et autres horreurs, cela en valait largement la peine. The Boys c'est un peu Watchmen en encore plus sombre et, j'ai envie de dire, crédible (toutes proportions gardées). Autant je trouve amusant de voir les Avengers évoluer au cinéma, autant je ne crois pas un seul instant que c'est autre chose qu'un beau conte de fées. Dans The Boys, les super héros ont mal tourné : ils ne parlent que marketing et argent quand ce ne sont pas des pervers sexuels ou des sadiques. Bref, c'est exactement comme cela que le phénomène pourrait tourner dans le monde réel, c'en est assez raffraichissant.

Face à ces super "héros", on trouve une bande de voyous de haut vol mené par l'excellent Karl Urban. On n'y trouve que des experts des opérations illégales et un mec un peu paumé qui ne cherche qu'à venger sa petite amie, victime collatérale de l'homme le plus rapide du monde. Et on va donc suivre les aventures de ce petit commando dans ses tentatives (pas toujours très propres sur elles) pour assassiner les super.

boys_03

Tout n'est cependant pas parfait quand même. Le récit n'est finalement pas très original et les rebondissements parfois prévisibles. Certains personnages tombent un peu dans la caricature comme les deux leaders opposés, le Protecteur d'un côté et Billy Butcher de l'autre. On n'échappe pas non plus à certains clichés (le "Français" aime bien de se faire de bons petits plats). Mais l'ambiance générale est tellement bonne qu'on se laisse porter quand même et qu'on savoure la découverte de tous les mauvais penchants des super héros et de la façon dont la compagnie qui les emploie manipule tout le monde.

Reste à savoir si la recette va continuer à fonctionner pour la saison 2. L'attente est grande, d'autant plus qu'on n'échappe malheureusement pas au gros cliffhanger de fin de saison...

Notez que d'un point de vue ludique, je ne vois pas grand chose à exploiter côté figurines. Côté jeu de plateau ou de cartes, il doit y avoir moyen de pondre un petit jeu où chacun tenterait de réunir les ingrédients nécessaires pour réussir à vaincre différents super héros en fonction de leurs caractéristiques...

boys_04

boys_02

boys_05