valoris_plateauEn basculant à l'échelle 3mm pour jouer à Battlelore, mon projet Valoris m'a obligé à faire quelques ajustements.

L'objectif principal était d'avoir une surface de jeu limitée car mon crédo en solo est la simplicité : il faut que cela soit rapide à installer et que cela ne prenne pas de place de façon à pouvoir jouer sur un bout de table (en gros, faut pas passer 1h à préparer la surface de jeu histoire de ne pas tuer la motivation).

J'ai donc réduit le plateau de jeu à quelque chose tenant sur une feuille A3 (ça c'est aussi pour me permettre de l'imprimer plus facilement) tout en restant compatible avec le soclage que j'avais choisi (un rectangle de 2,5x2cm). J'ai également imprimé et coller sur du carton tous les hexagones de terrain nécessaires.

Il restait un dernier problème important à gérer : les blessures ! A Battlelore, une unité est généralement composée de 3 figurines, chacune d'entre elles représentant un point de vie. Il suffit donc de retirer une figurine pour représenter une blessure infligée par l'ennemi. Sauf que pour Valoris je voulais représenter des régiments complets, je n'avais pas l'intention de les diviser en 3 parties.

valoris_blessures_01

Pour mon premier test de bataille, j'ai opté pour des pions de dégâts (de petits crânes achetés à l'origine pour représenter les blessures d'un corps à corps à Warmaster). Malheureusement cela prenait trop de place et cela ne tenait pas sur un hexagone. L'autre problème est qu'au final cela ressortait trop sur les photos et nuisait à l'esthétique général. L'idée des crânes a cependant été conservée pour représenter les unités souffrant d'effets spéciaux comme le poison par exemple.

Pour ma deuxième partie test, je me suis résolu à utiliser de petits dés à six faces (piqués dans la boite Battle of Five Armies et destinés eux aussi à compter les blessures en corps à corps). C'était beaucoup plus adapté que les crânes car cela prenait moins de place mais, logiquement, ce n'était pas une méthode super immersive et encore une fois les photos en patissaient.

A ce stade j'était bien embêté, j'avais des solutions mais elles m'obligeaient à retirer les pions ou dés à chaque photo prise.

valoris_blessures_021

J'ai donc pris le temps de la réflexion et la première idée qui m'est venue est de représenter les blessures par des socles adaptés : un régiment au complet pour une unité sans blessure, un régiment avec 2 rangs et des guerriers épars derrière pour représenter une blessure et un régiment avec 1 rang et des guerriers épars derrière pour représenter deux blessures. Esthétiquement c'est génial mais du point de vue investissement en figurines et en peinture, c'est la cata.

Et puis je me suis souvenu du système de blessure des Locustes dans Gears of War : lorsque l'un d'entre eux est blessé, on glisse un gabarit en carton sous son socle, une petite languette indiquant son nouveau total de points de vie. J'avais là ma solution : des gabarits à glisser sous mes figurines avec une languette pour une blessure et deux languette pour deux blessures. Simple et efficace ! C'est d'ailleurs avec cette solution que j'ai pu jouer et prendre en photo ma première bataille officielle dans l'univers de Valoris : les Feux d'Alarme d'Irastry !

Pour l'instant ce sont de simples gabarits en carton un peu moches, il faudrait que je les peigne pour les rendre plus discrets : le gros du gabarit du même gris que mes socles et les languettes en jaune pour une blessure et en rouge pour deux.

valoris_blessures_03

En attendant je suis heureux d'avoir trouvé cette solution élégante pour gérer les blessures sans (trop) nuire à l'esthétique générale tout en gardant mes socles de régiment absolument indispensables à toute bataille rangée. :)