tbbt_01

The Big Bang Theory de Bill Prady, Chuck Lorre et Steven Molaro avec Johnny Galecki, Jim Parsons ou encore Kaley Cuoco.

Leonard et Sheldon pourraient vous dire tout ce que vous voudriez savoir à propos de la physique quantique. Mais ils seraient bien incapables de vous expliquer quoi que ce soit sur la vie "réelle", le quotidien ou les relations humaines... Mais tout va changer avec l'arrivée de la superbe Penny, leur voisine. Ce petit bout de femme, actrice à ses heures et serveuse pour le beurre, va devenir leur professeur de vie !

Comme d'habitude je découvre les bonnes séries sur le tard. C'est le cas avec The Big Bang Theory, un sitcom sur une bande de geeks dont l'arrivée d'une nouvelle voisine va les confronter à la "vraie vie". L'avantage est que je n'ai pas eu à patienter un an entre chaque saison, tout était déjà disponible quand je m'y suis attaqué. :)

Généralement le geek est le clown de service dans les films ou séries, il est de bon ton de se moquer de lui pour conforter une certaine vision de la "normalité". Et généralement c'est fait n'importe comment car les scénaristes ne savent justement pas ce qu'est un geek.

tbbt_03Ce n'est pas du tout le cas de The Big Bang Theory. Tout d'abord même si le ressort comique de la série est bien la geekitude, c'est pour s'en moquer sans condescendance et parfois même pour montrer qu'elle a du bon. D'ailleurs Penny, la fille "normale", ne va pas seulement transformer la vie de ces passionnés de SF et autres jeux de plateau, elle va elle-aussi découvrir un nouveau monde et l'adopter. C'est un réel échange qui a lieu et non une leçon de vie permettant aux geeks de devenir "normaux".

L'autre point intéressant de la série est qu'elle est ponctuée de bonnes références à la culture geek. Alors bien entendu cela reste assez généraliste et ce n'est pas toujours hyper pointu mais on sent que les auteurs en sont issus ou qu'ils ont bien été conseillés. Ainsi tout au long des 12 saisons, on voit défiler de nombreux jeux de plateau différents, de Catane à Castle Ravenloft en passant par Axes & Allies. On croise également très souvent des personnages issus de grandes saga de SF telles que Star Wars ou encore plus Star Trek. L'acteur Wil Wheaton (Wesley Crusher dans la Nouvelle Génération et qui est également un énorme fan de jeux de rôle et de jeux de plateau) y joue par exemple son propre rôle et est un personnage récurrent.

tbbt_04

Et puis surtout c'est drôle ! Tous les personnages décrits ont une personnalité propre et particulièrement comique même si au final c'est Sheldon Cooper qui remporte la palme, ce chercheur semble en effet incarner à lui tout seul tous les traits généralement attribués aux geeks tout en étant à la limite de l'autisme. L'essentiel du comique de la série tourne autour de son incapacité à savoir se tenir en société même s'il a soif d'apprendre à ce niveau.

Tout au long des 12 saisons de la série, on voit évoluer l'ensemble de la bande dont les membres passent du geek isolé au geek sociable (entendez par là qu'à une exception notable ils finissent tous par se mettre en couple et à avoir une vie "normale" sans pour autant abandonner leur geekitude). J'ai adoré suivre cette évolution et j'avoue m'être parfois reconnu dans certaines des situations présentées.

Je garde d'autant plus un bon souvenir de The Big Bang Theory que la série m'a bien accompagné en cette période de confinement. En télétravail, l'un des pièges est de ne pas faire de vraies coupures : on reste seul devant son ordinateur sans réellement décrocher pour se vider la tête. Grâce à la série, j'ai instauré la "pause Big Bang Theory". Le temps d'un épisode d'une vingtaine de minutes, je pouvais penser à autre chose et me reposer avant de réattaquer le boulot en meilleure condition.

Tout cela pour dire que j'ai adoré The Big Bang Theory qui a su parlé au geek qui est en moi. :)

tbbt_02

tbbt_06

tbbt_05