matrix_resurrections_01Matrix Resurrections de Lana Wachowski avec Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss, Yahya Abdul-Mateen II.

MATRIX RESURRECTIONS nous replonge dans deux réalités parallèles – celle de notre quotidien et celle du monde qui s’y dissimule. Pour savoir avec certitude si sa réalité propre est une construction physique ou mentale, et pour véritablement se connaître lui-même, M. Anderson devra de nouveau suivre le lapin blanc. Et si Thomas... Neo... a bien appris quelque chose, c’est qu’une telle décision, quoique illusoire, est la seule manière de s’extraire de la Matrice – ou d’y entrer... Bien entendu, Neo sait déjà ce qui lui reste à faire. Ce qu’il ignore en revanche, c’est que la Matrice est plus puissante, plus sécurisée et plus redoutable que jamais. Comme un air de déjà vu...

Matrix est pour moi un film culte, une de ces rares productions qui m'ont fait sortir du cinéma avec un énorme sourire sur le visage. Mais, à l'instar d'un Pirates des Caraïbes, les suites n'ont vraiment pas été à la hauteur et j'ai l'habitude de considérer que c'est un stand alone et non une trilogie.

Les bande-annonces de ce quatrième opus ne m'avaient pas du tout rassuré sur l'intérêt d'une suite et comme je vous l'écrivais ici j'avais peur de me retrouver face à un vrai-faux remake du premier film à la mode Episode VII de Star Wars.

matrix_resurrections_05Comme je déteste avoir raison. :(

Sous couvert d'explications complètement bidons et maladroites, Matrix Resurrections reprend en effet tous les ingrédients de la trilogie précédente pour nous pondre un récit qui n'apporte strictement rien et qui n'a qu'un seul intérêt : être le point de départ d'une nouvelle série de films.

C'est plat et sans saveur. A commencer par le casting servi par des Keanu Reeves (en mode John Wick ce qui casse franchement l'ambiance) et Carrie-Anne Moss qui ont pris de l'age et qui sont moins tranchants qu'aux débuts de la saga et desservi par l'absence des anciens interprètes de Moebius (remplacé ici par une espèce d'avatar numérique passe-partout) et de l'Agent Smith (remplacé par un acteur qu'on aurait pu croire être un simple figurant tellement il manque de charisme).

matrix_resurrections_06Le scénario nous ressert exactement les mêmes ingrédients que les films précédents sans oublier le fan service bien entendu : réussir à faire sortir les élus de la Matrice (les élus au pluriel, #MeToo étant passé par là Trinity se retrouve au même niveau que Neo), affronter le représentant des mystérieux dirigeants de la Matrice, désobéir aux autorités humaines qui ne veulent pas faire de vague, etc.

Tout cela n'a rien d'original et, je le répète, ne sert à rien. L'intrigue n'a pas avancé d'un iota par rapport à la trilogie, au contraire tout a été remis en place d'une manière ou d'une autre afin de pouvoir continuer à exploiter le filon comme si de rien n'était. C'était cependant sans compter sur le public qui a très logiquement boudé le film, son échec commercial devrait heureusement nous épargner une suite.

C'est confirmé, pour moi, Matrix c'est un seul (excellent) film.

D'un point de vue ludique Matrix a finalement été peu (voire plutôt pas du tout) exploité sur nos tables de jeu, il n'y a même pas un Monopoly ?! ;)
Difficile à vrai dire de représenter d'une manière efficace toutes les capacités des agents et de leurs adversaires humains via un jeu de figurines. Il serait certainement plus simple de mettre en scène la lutte entre les machines et les humains à travers un jeu de plateau ou un jeu de cartes, quelque chose de coopératif où les joueurs affronteraient l'IA. Bizarrement personne n'a tenté l'aventure, je me demande bien pourquoi...

matrix_resurrections_03

matrix_resurrections_02

matrix_resurrections_04