high_castle_01

Après avoir lu la nouvelle Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick, j'ai voulu voir l'adaptation en série The Man in the High Castle.

Les Américains ont perdu la Seconde Guerre mondiale et l’Amérique est désormais partagée entre l’Empire du Japon et l’Allemagne Nazi. En 1962, un groupe de résistants cherche à envoyer de précieux vieux films dans la zone neutre, mais les transporter coûte la vie de beaucoup de monde. Après près de deux décennies de cohabitation entre les deux grandes puissances, les rumeurs persistantes rapportant la santé déclinante du Führer laissent présager l'arrivée d'une période de troubles...

A dire vrai seul le thème m'intéressait (une bonne vieille uchronie comme je les aime) car la nouvelle m'avait frustré (elle développe tout un tas de choses pour finalement vous laisser en plan à la fin). Malheureusement la série ne m'a pas plus convaincu.

high_castle_04

On va commencer par ce qui marche bien. Tout d'abord l'ambiance : on y est complètement plongée avec d'un côté une amérique humiliée sous joug japonais et de l'autre une amérique qui collabore pleinement avec les nazis. C'est vraiment bien fichu et dans les premiers épisodes on est saisi à la vue des croix gammées mélangées aux images typiques des années 60 US. La guerre froide qui oppose l'Empire Japonais au Reich Nazi est également un truc qui fonctionne bien tout le long des deux saisons et c'est d'ailleurs là le principal intérêt que j'y ai trouvé.
Au niveau des personnages, comme d'habitude ce sont les méchants les plus intéressants : l'Inspecteur en chef Kido et l'Obergruppenführer John Smith sont sans pitié mais ce ne sont pas des caricatures. Chacun possède des qualités qui les rendent presque "sympathiques". Les personnages principaux sont quant à eux insipides quand ils ne sont pas énervants ou tête à claques.

Qu'est-ce qui ne marche pas alors ? Attention aux spoilers.

high_castle_05

Tout d'abord le récit est gâché par un fait simple : le monde que l'on nous présente n'est pas le nôtre, c'est une dimension parallèle et certains personnages peuvent passer de l'un à l'autre. C'est ainsi que le coeur de l'intrigue tourne autour de mystérieux films d'informations montrant une victoire US et non allemande. Cela pose deux problèmes majeurs. Tout d'abord l'histoire se perd un peu dans les voyages entre dimensions et on ne sait pas vraiment où les scénaristes veulent aller avec cet aspect là. Mais pour moi, cette histoire de mondes parallèles dédramatise tout : ouf, l'honneur est sauf, les USA ne peuvent pas réellement perdre la guerre et surtout baisser la tête devant des japonais victorieux voire pire... collaborer avec les nazis. Finalement tout cela n'est pas vrai et n'est pas possible. Dès lors pas besoin de se poser de questions existentielles sur la collaboration ou autre, les américains sont bien les défenseurs ultimes de la liberté. On retombe donc dans le manichéisme habituel.

Autre point qui m'a un peu (beaucoup) gêné, c'est le fait que les méchants, même s'ils assassinent ou torturent à tour de bras, sont finalement un peu trop sympathiques. C'est bien de montrer que ce ne sont que des humains, loyaux à leur Empire ou à leur famille, mais cela va un poil trop loin. A tel point qu'on en vient presque à prendre en sympathie leur cause quand un complot est déjoué contre Adolph Hitler ou que leur Empire est en danger ! Tout cela est renforcé par le fait que la Résistance est essentiellement composée d'enfoirés antipathiques qui n'ont aucun état d'âme à sacrifier des gens ou à s'attaquer à des enfants quand ils le peuvent. J'avoue avoir été mal à l'aise avec tout cela.

Bref, je note avec mes tripes et, malgré les qualités indéniables de la série, les défauts que je lui trouve sont trop importants pour lui donner plus qu'un ludix.

note_ludix_1

high_castle_03

high_castle_02