sense8_01Saison 1 de Sense8 de J. Michael Straczynski, Lana et Lilly Wachowski avec Tina Desai, Jamie Clayton, Doona Bae ou encore Brian J. Smith.

Huit individus éparpillés aux quatre coins du monde sont connectés par une soudaine et violente vision. Désormais liés, ils se retrouvent capables du jour au lendemain de se voir, de se sentir, de s'entendre et de se parler comme s'ils étaient au même endroit, et ainsi accéder aux plus sombres secrets des uns et des autres. Les huit doivent dès lors s'adapter à ce nouveau don, mais aussi comprendre le pourquoi du comment. Fuyant une organisation qui veut les capturer, les tuer ou faire d'eux des cobayes, ils cherchent quelles conséquences ce bouleversement pourrait avoir sur l'humanité.

On m'avait chaudement recommandé Sense8, ici-même, dans les commentaires du blog et je me suis donc plongé dans la première saison. J'avoue ne pas avoir du tout accroché.

Le concept est très intéressant et m'a fait souvent fait penser à un Heroes (la première saison en tout cas) en plus sombre : le chemin des huit protagonistes se découvre et se croise au fur et à mesure des épisodes, chacun possède sa propre personnalité et apporte ses talents au collectif.

L'idée de base est donc plutôt bien trouvée. Le casting et l'action sont assez efficaces. Alors qu'est-ce qui cloche ?

sense8_02Tout d'abord, lorsqu'on considère l'ensemble des héros, on voit que les soeurs Wachowski y ont mis beaucoup de leur expérience (rappelons que du temps de Matrix on parlait des frères Wachowski), peut-être un peu trop d'ailleurs. J'ai en effet trouvé que les personnages homosexuels et trans prenaient vraiment le pas sur les autres, étouffant dès lors l'idée qu'on suivait un collectif dans son ensemble.

Mais surtout j'ai trouvé que le récit ne tenait pas la route. Si la découverte de la connexion entre les personnages est plutôt bien menée, l'intervention d'une organisation de l'ombre qui les pourchasse est quant à elle plutôt nébuleuse avec en particulier un grand méchant assez anecdotique. Cela manque un peu de tension en fait.

Le concept même de la série est également une faiblesse dans le sens où au final l'intervention des uns dans la vie des autres pour les sortir d'un mauvais pas fait un peu deus ex machina. Au final tout sourit aux héros puisqu'ils ont accès à une variété de talents leur permettant de se sortir de tous les problèmes.

Ainsi le final de la saison 1 concentre un peu tout ce que je lui reproche : je ne me suis jamais senti pris par l'action et j'ai trouvé que tout était trop facile. Et puis il faut bien avouer que cette fin est décevante car, contrairement à Heroes, elle ne fait pas la synthèse du cheminement de chaque personnage...

Bref je n'ai pas été convaincu. J'essaierai cependant de donner une chance à la saison 2 et à l'épisode final afin de connaître le fin mot de l'histoire.

note_ludix_2

sense8_03

sense8_04