Frustré de ne pas avoir pu tester Clash of Rage lors de mon escapade du côté de Dijon il y a deux semaines, j'ai quand même voulu voir ce que donnait le mode "solo".

Dimanche dernier j'ai donc fait le grand ménage sur la table du salon pour pouvoir déployer tout le matériel. Sans surprise cela prend beaucoup de place... ;)

clash_of_rage_01

J'ai pris la tête de l'Armée du Tombeau (les Morts-Vivants dont j'aime beaucoup les figurines) pour partir à l'assaut des cités des Elfes et prendre le contrôle de l'Empire d'Emeraude.

clash_of_rage_03Il s'agit juste ici, en mode "solo", de conquérir le plus rapidement possible les hexagones défendus par des Elfes boostés aux hormones. Autant dire que cela n'a qu'assez peu d'intérêt puisque face à un adversaire statique et ne pouvant pas faire de choix judicieux pendant les combats : le challenge est (très) limité.

Plus qu'un mode "solo" c'est donc bien un didacticiel dont il s'agit car il permet en effet de bien appréhender les règles de base du jeu et surtout de commencer à entrevoir ses subtilités.

Clash of Rage n'est pas un jeu de conquête à la Risk comme on pourrait le croire. Les joueurs ne vont pas chercher à se constituer un empire en partant à la conquête des différents hexagones du plateau (les réserves en unités des joueurs ne le permettent tout simplement pas). Leurs armées vont plutôt les parcourir pour atteindre leurs objectifs (à savoir principalement les cités et les forges elfiques - les premières rapportent directement des PV tandis que les secondes permettent de forger des équipements légendaires rapportant également des PV). On peut donc imaginer qu'il y a pas mal d'enjeux dans les manoeuvres et que les joueurs auront intérêt à intercepter les armées des concurrents (ou au moins à leur bloquer le passage) pour les ralentir dans leurs conquêtes.
L'autre grand enjeu est bien entendu dans les combats. Ces derniers doivent être préparés avec minutie non seulement en équipant correctement ses unités mais aussi en analysant bien l'équipement des troupes adverses. On sera parfois obligé de laisser derrière soi un type de troupe trop lent pour gagner en initiative ou l'on préfèrera passer par une phase d'équipement pour réorganiser son armée et la rendre plus performante à l'aube d'un assaut.
clash_of_rage_04Lors des combats, ce n'est pas le nombre qui fera forcément la différence. Une armée populeuse sera plus résiliente mais pas forcément plus meurtrière (les dés d'attaque ne sont calculés que par rapport à la troupe la plus puissante sans prendre en compte le nombre d'unités qui composent l'armée). Lorsque les attaques seront portées, chaque joueur devra réfléchir aux pertes infligées de façon à pouvoir éliminer ou sauvegarder un certain type de troupe plutôt qu'un autre (la dispartion d'une élite pouvant par exemple rendre l'armée moins puissante tout en améliorant son initiative). Bref il y a pas mal de choix intéressants à faire.

Sans compter qu'à plusieurs on ajoute une couche "diplomatique" aux combats, les alliances se faisant et se défaisant en fonction des intérêts de chacun.

Bref, ce fut une petite partie intéressante non pas par son déroulement mais plus pour la découverte des subtilités concernant le jeu. Et là je me permets de pousser un petit coup de gueule au sujet de certains éditeurs, comme ici la Boite de Jeu, qui tiennent absolument à annoncer que leur produit est jouable en solitaire (je l'avais déjà ici si vous vous en souvenez) : Clash of Rage n'est PAS jouable en solo, le mode décrit est au mieux un didacticiel. Le "jouable de 1 à 4" est pour moi mensonger. Surtout qu'en y réfléchissant 5 minutes, il me semble assez simple d'introduire un automa (j'essaierai de pondre un truc bientôt). Et quand on considère la myriade de pions et cartes fournies pour le mode campagne, on se dit que la Boite de Jeu aurait pu faire plus d'efforts pour nous fournir un vrai mode solo un peu ambitieux. Dommage.

clash_of_rage_02