chroniques_ludiques_01

ddfab_revue_01Après deux semaines de vacances à Granville et quatre parties jouées à Dungeons & Dragons the Fantasy Adventure Boardgame, je me dois de faire un petit bilan de ce dernier jeu sur lequel j'ai pas mal investi en réflexion et en peinture.

Avec DDFAB, j'ai découvert un style de jeu qui me faisait de l'oeil depuis un certain temps, le Dungeon Crawling, littéralement l'exploration de donjons. Bien entendu j'avais déjà entendu parlé de Warhammer Quest (jeu que j'ai failli acheté il y a des années de cela) et j'étais passé bien des fois devant la boite de DDFAB en méprisant ses figurines plus ou moins jolies (je croyais y voir une pathétique exploitation commerciale de Dungeons & Dragons). Plus récemment, je bavais devant les superbes et hors de prix décors produits par Dwarf Forge (j'ai été fort et j'ai bien résisté à la tentation). Mais je ne pensais pas que le Dungeon Crawling pouvait autant coller avec une certaine vision que j'ai du jeu avec figurines, vous savez "se raconter des histoires".
Mais comment ai-je pu ignorer le Dungeon Crawling jusqu'à maintenant? Il correspond exactement à ma vision du jeu avec figurines : il s'agit bel et bien de raconter une histoire à des joueurs et de la visualiser avec des figurines.

Si l'on en revient à DDFAB, on peut y jouer comme à n'importe quel autre jeu de plateau avec un groupe de joueurs opposé à un Maître de Donjon, chacun cherchant à vaincre l'autre. On sera automatiquement déçu par l'équilibre du jeu dont la campagne propose soit de premières aventures trop faciles pour les joueurs soit de dernières aventures trop aisées pour le Maître du Donjon.
Mais l'on ne sera pas déçu du voyage si l'on considère le jeu comme je pense qu'il doit l'être, c'est à dire comme un jeu de rôle light avec un groupe de joueurs venu s'amuser avec un Maître du Donjon qui leur a préparé une nouvelle aventure. Ici le MD n'est pas l'adversaire, il est le guide et le conteur qui animera la partie et saura la modifier au fur et à mesure afin de ne pas gâcher le jeu aux joueurs ou à certains d'entre eux. Le MD saura créer une histoire autour de la quête des joueurs et ne se contentera pas de lâcher ses aventuriers avec comme seules instructions de "détruire toutes les créatures du donjon".

Comme vous pouvez le constater je suis emballé par mon expérience récente au Dungeon Crawling et il y a fort à parier que je vais lourdement investir (en temps et en argent) dans ce style de jeu dans les mois à venir.

Revenons en à DDFAB pour en faire une critique plus complète après ma revue de la boite il y a quelques semaines. Je ne reviendrai pas sur le matériel de jeu dont j'ai déjà fait le tour lors de cette revue. Maintenant que j'ai une petite expérience du système, je peux plus parler de cet aspect.

Commençons par les points positifs. Les règles sont d'une simplicité confondante et surtout fonctionnent à merveille. Les dés spéciaux apportent un côté fun à des règles pourtant pas forcément très originales. Reprenons l'exemple de la recherche de pièges dans une salle : seuls certains personnages peuvent effectuer une telle recherche (soit par leur classe - voleur - soit grâce à des artefacts), on lance un dé spécial qui indique soit que la recherche est un échec et qu'on ne peut plus continuer, soit que l'on a rien trouvé mais qu'on peut essayer une nouvelle fois, soit que l'on a détecté un piège voire deux à proximité. Il suffit d'un dé spécial à lancer. Pourtant la règle aurait pu être jouée avec un d6 standard : le joueur lance 1d6, sur un résultat de 1 la recherche est un échec définitif, sur un résultat de 2 ou 3, le joueur ne détecte rien mais peut essayer une nouvelle recherche, sur un résultat de 4 ou 5 le joueur détecte un piège à proximité, sur un résultat de 6 le joueur détecte deux pièges à proximités. C'est la même chose mais l'utilisation d'un dé spécial rend la lecture des résultats bien plus amusante et simple. C'est sur ce principe que repose toute l'efficacité du jeu. Pas de règles rébarbatives, uniquement des dés spéciaux permettant de résoudre les actions simplement et rapidement sans avoir jamais à vérifier les règles. Et par la suite il est très simple de détourner ces dés spéciaux pour s'inventer de nouvelles actions.
Lors du déroulement de la partie, le tirage de l'initiative est représentée par la distribution de cartes de 1 à 5 (là encore simple et efficace), cette initiative est redistribuée à chaque ouverture de porte, un moyen simple de tout faire basculer.
Chaque personnage peut, à son activation, effectuer deux actions (déplacement, combat, sort, détection de piège, etc.) : cette limite est tendue à gérer en plein combat lorsqu'il faut décider s'il vaut mieux détecter des pièges aux alentours ou prendre le risque de se mettre à l'abri/se lancer à l'assaut des créatures de la salle/ouvrir le trésor à deux pas.
La gestion de l'équipement et sa représentation sur la table de jeu sont bien fichus : tout se passe autour de la fiche de jeu du personnage (à droite la sacoche, à gauche les objets en cours d'utilisation sachant que leur type et leur nombre est bien précisé).
J'ai lu plusieurs fois sur le web une critique concernant l'expérience et en particulier le passage des niveaux. Dans DDFAB, un personnage passe de niveau dans une campagne lorsque c'est prévu, ni avant ni après. Pour ma part je trouve que ce n'est pas si bête que cela. Cela permet en effet de contrôler un minimum la puissance des aventuriers et ainsi de prévoir des aventures relativement équilibrées. Cerise sur le gâteau, cela permet d'éviter que le Guerrier, toujours au premier rang des combats, ne progresse pas plus vite que le Clerc plutôt chargé de soigner et de soutenir ses compagnons. Le niveau des aventuriers conditionne également la puissance des objets qu'ils peuvent découvrir au cours de leurs aventures et donc leur puissance générale à la fin de celle-ci.
Concrètement tout fonctionne donc très bien et est super accessible.

Pour la critique du jeu, ma principale est la suivante : le contexte de la campagne proposée est tout simplement ridicule. Je sais que la cible est l'enfant de 10 à 14 ans environ mais faudrait songer à arrêter de prendre les gosses pour des imbéciles. Dans le même ordre d'idée, on jette le MD dans l'arène avec un seul paragraphe d'avertissement sur son rôle dans la partie, à savoir préserver l'intérêt du jeu pour tous les joueurs. Vu qu'on à affaire à des débutants, il aurait été avisé d'être plus explicite.

Il y a aussi quelques petites autres critiques mineures qu'on peut ajouter :
- cases de jeu un peu étroites qui rendent les déplacements un peu tendus sur le plateau lorsqu'on trouve dans une salle moult pièges, arbres/colonnes, monstres et aventuriers.
- aucune astuce n'est précisée pour permettre d'accélérer le jeu lorsque les joueurs ont tué tous les monstres d'une énorme salle et qu'ils doivent détecter les pièges et/ou ouvrir les trésors. Cela oblige à déplacer tous les personnages les uns après autres pour effectuer des actions plus ou moins intéressantes.
- Il faut de la place autour de la représentation du donjon, en particulier pour les fiches des joueurs et leur équipement

A moyen terme, quel avenir pour le Dungeon Crawling chez les fbruntz? Tout d'abord finir la campagne débutée lors des prochaines vacances (Mme ne joue que pendant les vacances). Mais aussi proposer le jeu à l'ainé de mes neveux qui commmence à être assez âgé pour être initié. Egalement imaginer de nouvelles aventures/pièges/règles. Résister aussi à Dwarf Forge!
J'ai beaucoup d'ambition pour Castle Ravenloft, le successeur de DDFAB. Pas forcément pour ses règles car il s'agit d'un jeu coopératif mettant complètement de côté l'aspect MD (et donc l'aspect narratif d'un Dungeon Crawling) mais surtout pour son matériel qui est tout simplement somptueux. Et je croise les doigts très forts pour que les rumeurs concernant la prochaine boite mystère de Games Workshop se vérifient et qu'une nouvelle édition de Warhammer Quest nous soit bientôt proposée. ^^

Voilà, cette note met fin à la série des Chroniques Ludiques de Granville que vous pouvez relire en utilisant le mot-clé Granville du nuage de tags de la colonne de droite de ce blog.