yYkDNIzGdBdCaLJpVoici mes premières impressions sur le Warhammer: The Horus Heresy - Aeronautica Imperialis Rulebook, le dernier "supplément" pour Aeronautica Imperialis.

Je mets supplément entre guillemets car en réalité le bouquin est un stand alone, en effet comme Rynn's World Air War et Taros Air War, il reprend l'ensemble des règles du jeu...

Je passe rapidement sur la forme car c'est la qualité habituelle avec une couverture rigide et une mise en page très soignée avec pas mal d'illustrations (mais aucune figurine mise en scène malheureusement). Rien à redire de ce côté-là.

Voyons donc un peu ce que contient cet ouvrage.

On notera d'abord que tout a été mis à l'heure de l'Hérésie d'Horus. On commence donc avec une petite introduction sur la trahison du Maître de Guerre et le rappel de quelques batailles aériennes d'envergure. Tout au long du bouquin on trouvera des illustrations montrant le profil d'un xiphon aux couleurs d'une des 18 légions Astartes ainsi que de petits encarts présentant un escadron célèbre appartenant à l'une de ces légions. Ce n'est pas grand chose mais cela met dans l'ambiance.

Viennent ensuite les règles complètes du jeu qui à première vue semblent identiques à celles de la boite Wrath of Angels à l'exception des illustrations qui ne présentent logiquement que du matériel disponible pendant la guerre civile.

ai_horusheresy_01On replonge ensuite dans le fluff avec la description des combats qui ont déchiré le monde forge de Vanaheim, au début de l'Hérésie d'Horus. Vanaheim était un monde très hostile et le gros de la population habitait des cités ruches en orbite, ne descendant à la surface que pour travailler dans les usines du Mechanicum. Lors du déclenchement de la guerre, les autorités optèrent pour une certaine neutralité, refusant de rejoindre l'un ou l'autre camp mais en continuant à vendre sa production à l'Imperium. L'activité de Vanaheim finit cependant par attirer l'attention des renégats et la planète tomba rapidement sous la coupe des Iron Warriors. Les loyalistes réagirent en trois temps. Une première force, trop modeste pour libérer la planète, s'infiltra à la surface pour y mener une féroce guerrilla. Plus tard, une flotte Space Wolf tenta un assaut direct sur les différentes Cités Ruches mais les fils de Fenris se heurtèrent à une vive résistance, leurs attaques furent facilement déjouées par les Iron Warriors qui leur infligèrent de terribles pertes. Après l'échec des Space Wolves, une nouvelle flotte parvint à Vanaheim, c'était celle du primarque Leman Russ lui-même. Faute de temps et de moyens pour soumettre la planète, il fit détruire la principale Cité Ruche orbitale et il repartit en guerre contre Horus. Les Iron Warriors tinrent ainsi Vanaheim jusqu'à la fin de l'Hérésie mais sans réussir à soumettre les loyalistes qui continuaient à les harceler à la surface et qui limitèrent grandement la capacité de production de la planète.
Un fluff assez classique mais qui ouvre pas mal de possibilités de combats aériens et spatiaux (une bonne partie de ce que l'on nous décrit se passe en orbite, autour des cités ruches).

bdLLsef8eRDkvQucLogiquement cette longue description de la chute de Vanaheim est suivie d'une série de 8 scénarios (ainsi que des règles spéciales nécessaires pour les jouer : combats de nuit, à basse altitude, etc.) qui permettront de revivre les grands événements décrits précédemment... ou pas.
Car c'est là la plus gros déception du bouquin : non seulement les scénarios ne sont pas inédits (ils ont tous été publiés dans les précédents suppléments) mais en plus ils n'ont même pas été enrichis d'un petit descriptif les reliant aux événements de Vanaheim. :(

Enfin on attaque la dernière partie du bouquin qui décrit tout le matériel impérial impliqué dans les combats aériens de l'Hérésie d'Horus. Cela comprend les aéronefs et objectifs au sol de l'Astartes (Xiphons, Thunderhawks, etc.) mais également les unités de la Division Aeronautica (Thunderbolts et autres Bombardiers Marauders) et l'Ares Gunship de la Legio Custodes. Chaque Légion possède également un upgrade dédié, une petite règle personnalisant un ou plusieurs aéronefs de l'escadrille mais qui ne révolutionne pas franchement le jeu. On notera par contre l'absence du moindre As.

ns4Fpy5YijOGeLQv

Au final ce Warhammer: The Horus Heresy - Aeronautica Imperialis Rulebook est à l'image de la production Aeronautica Imperialis en matière de supplément : il est super efficace et fournit pas mal de matériel de jeu mais il y a beaucoup de redite d'un bouquin à l'autre. Cela laisse planer un sentiment de travail a minima du côté de Games Workshop, un sentiment que j'éprouvais dès la première lecture des règles à la sortie de la boite Wings of Vengeance...

Alors, faut-il acheter ce bouquin si on est déjà fan d'Aeronautica Imperialis et de l'Hérésie d'Horus ? Si vous avez déjà la dernière version des règles et que vous n'avez pas besoin de fluff, ce n'est pas absolument indispensable. En effet les upgrades spécifiques aux légions ne sont pas incontournables et au final il suffit de jouer des affrontements Imperium vs Imperium pour revivre la guerre civile.
Par contre l'achat me semble plus intéressant si l'on a envie de se lancer dans le jeu dans le cadre de la guerre civile, en complément d'Adeptus Titanicus et de Horus Heresy par exemple, car il contient tout ce qu'il faut pour jouer.